Google Pay per Stay

La révolution post-covide a-t-elle commencé ?

Le scénario n'est pas le meilleur : la peur, l'incertitude et la désorientation sont peut-être les sentiments les plus courants dans le monde du tourisme. Mais il y a aussi un grand désir de recommencer.

On sent l'inquiétude, entre l'absence de réglementation et les bizarreries typiquement italiennes : bien qu'il existe un comité technico-scientifique spécial, l'INAIL publie des suggestions sur la gestion de la phase 2. Nous assistons à des hypothèses entre le surréel et, permettez-moi, le ridicule, en attendant de savoir comment recommencer.

Entre-temps, à ce jour, la plupart des employés n'ont pas encore reçu le chèque du Fonds de licenciement. Pendant que le médecin étudie, le patient meurt.

L'ampleur réelle de cette situation d'urgence n'a peut-être pas été comprise : il est désormais clair que dans la gestion d'une crise sans précédent, certaines personnes ont perdu le contact avec la réalité.

Ce dont nous sommes sûrs, c'est que le décret-loi n° 18 du 17 mars 2020 a effectivement inclus l'infection à Covid-19 dans la catégorie des accidents du travail.
Si, toutefois, pour les travailleurs du front office (et en général pour les catégories de travailleurs à "haut risque d'état infectieux"), il existe une présomption simple d'origine professionnelle, pour toutes les autres catégories de travail, la charge de la preuve reste sur l'assuré. Comme un agent de santé. Vous trouverez d'autres clarifications dans la circulaire INAIL n. 13/2020.

Bien entendu, compte tenu du temps écoulé entre la contagion probable et l'apparition de la maladie, il serait très difficile de prouver que la contagion s'est produite sur le lieu de travail. Mais c'est un problème que nous poserons plus tard.

Enfin, tirons un trait sur l'aide promise : si la solution est la prime de vacances, alors retroussons nos manches et trouvons un moyen de sortir de ce mauvais moment avec nos seules forces.

Même avec cette mesure, en fait, le génie de la lampe n'a pas pensé à certaines circonstances. Tout d'abord, de nombreux employés ont mis fin (de force) à leurs vacances.
Pour les bénéficiaires de cette mesure, les vacances ne seront donc probablement pas une priorité. Enfin, le système des chèques-vacances est mal adapté au manque de flexibilité du système hôtelier : l'inventaire d'un hôtel est par définition rigide.

Mais passons aux OTAs.

Ce n'est pas un mystère que les grandes OTAs sont en difficulté, et il est facile de comprendre pourquoi.
Dans cette circonstance particulière - et de manière très cohérente - ils ont gardé foi en leur philosophie : le client est leur "client" et l'hôtel reste un "partenaire".

Le résultat a été le retour forcé des montants déjà payés par les clients aux hôtels, au mépris de la tentative du gouvernement d'empêcher cela.
Peut-être, même dans ce cas, ceux qui ont pensé à ce mécanisme de sauvegarde des structures, même s'ils étaient animés des meilleures intentions, n'avaient pas assez d'éléments pour comprendre le fonctionnement compliqué des mécanismes d'intermédiation dans les ventes d'hôtels.

De nombreux hôteliers ont menacé d'intenter une action en justice, d'autres ont révoqué l'autorisation de facturer les OTA. Il y a aussi ceux qui proclament la disparition des grands portails, émettant l'hypothèse, à mon avis, de manière totalement surréaliste, de la fin de l'intermédiation dans la vente.

Dans les centaines de prédictions (ou plutôt de prophéties) que j'ai lues ces derniers mois, une seule chose est sûre : pour la première fois depuis de nombreuses années, ceux d'entre nous qui font ce travail n'auront plus de référence historique. Pages à rédiger en bref.

Et c'est dans ce moment historique que Google lance le Pay per Stay : un système d'annonces qui ferait payer une commission à l'hôtel uniquement en cas de finalisation de la réservation.

On en parlait depuis un certain temps dans le secteur du tourisme, mais il semble maintenant que Google, avec plus de 1,2 trillion de recherches effectuées sur le web chaque année, ait décidé d'entrer sur le marché des réservations.

Un geste agressif contre les OTA qui, jusqu'à présent, ont financé les budgets de Google avec leurs campagnes, mais aussi un timing plutôt suspect, ne serait-ce qu'en termes d'opportunisme. Pensons, par exemple, au sentiment actuel des hôteliers à l'égard des OTA.

Les enquêtes que nous avons analysées ces dernières semaines sont nombreuses et, de toutes, il ressort un fait positif : les gens ont envie de voyager, de revenir à la normale.

Le problème est maintenant de comprendre comment.

Bien sûr, je n'ai aucun élément pour supposer ce qui va se passer à partir de maintenant, mais une seule conviction : quelque chose dans la distribution va changer.

Et il importe peu qu'il s'agisse de Google pour prendre la place des autres.

Mon invitation est plus que jamais d'investir, dans la mesure de nos moyens financiers, dans nos propres moyens de vente, dans la force de notre marque, dans les messages de confiance que nous pourrons donner aux prochains invités que nous aurons. Investissons dans la communication, dans des stratégies commerciales adaptées au moment historique.

Ne gaspillons pas ce qui pourrait être une grande opportunité : reprenons à zéro, en essayant de ne pas commettre les erreurs du passé.

Cet article a été lu 22 times


  • PARTAGEZ SUR
1 post related to
Google Pay per Stay
  • StefanoPiro

    mer 20 mag 2020 alle 15:19:59

    Vorrei ricevere ulteriori dettagli (funzionamento, costi, implementazione con nostro programma PMS Scrigno della GP, nostro Channel Manager Vertical Booking, ecc.

    Grazie mille e cordikali saluti

    Stefano


    répondre au message de Stefano
    L'adresse de courriel ne sera pas affichée

    POST
    PRéNOM
    NOM DE FAMILLE
    EMAIL


poster un commentaire
L'adresse de courriel ne sera pas affichée

POST
PRéNOM
NOM DE FAMILLE
EMAIL